Une offre d’achat est un terme courant dans un processus d’achat immobilier. Il s’agit d’un acte dans lequel un acheteur négocie le prix d’achat et propose au vendeur un prix estimé en fonction de l’état du bien. Une offre d’achat est connue sous le nom de proposition d’achat. Mais comment proposer une offre d’achat au vendeur ? Suivez tous nos conseils. 

Faire une offre d’achat : mieux comprendre le concept

Source image :  pixabay

Une offre d’achat est un document écrit qui consiste à proposer une offre d’achat à un vendeur. Une fois que l’acheteur s’est engagé vers cette démarche, cela signifie qu’il compte bien acheter la maison ou l’appartement. Cependant, le vendeur peut réserver le droit de refuser l’offre si le contenu ne lui convient pas. 

Pour être plus précis, l’offre d’achat est un document qui engage l’acheteur auprès du vendeur. C’est un engagement d’achat qui comporte certaines mentions et clauses suspensives. Il faut alors apprendre à bien la reformuler pour qu’elle soit bien précise et facile à lire par le vendeur. 

Avant de rédiger l’offre, on doit faire une évaluation de la valeur du bien en prenant en compte :

  • L’état du bien.
  • Sa plus-value en cas de revente.
  • La superficie du bien.
  • Le diagnostic immobilier.
  • Les conditions de vente proposées par le vendeur.

Il faut donc : 

  • Faire une évaluation de la valeur du bien selon le prix de vente fixé par le vendeur.
  • Rédiger l’offre d’achat écrite.
  • Ajouter des clauses suspensives.
  • Renseigner sur les possibilités de se rétracter.

Faire une offre d’achat : un engagement de l’acheteur

Après la visite du bien immobilier, l’acheteur décide de l’acheter. Mais pour que ça soit possible, il doit faire une offre d’achat. Il s’agit là alors d’un engagement dans l’achat du bien immobilier. Cependant, si le vendeur a accepté son offre d’achat, l’acquéreur ne pourra plus revenir sur sa décision. 

Si l’accord est formel, le vendeur accepte l’offre d’achat et l’acheteur doit honorer son engagement sauf dans le cas d’une condition suspensive. Mais il est aussi possible de se rétracter si aucune signature du compromis de vente n’a été faite. L’acheteur a droit à un délai de rétraction de 10 jours même après la signature de l’avant-contrat. Face à un tel risque, il faut donc :

  • Prendre le temps de rédiger l’offre d’achat.
  • Faire une évaluation du bien et lister certains points qui feront baisser le prix initial de vente.
  • Ajouter des conditions suspensives qui lui serviront de protection.

Il est donc important de bien connaître toutes les démarches d’un processus d’achat et le délai de rétraction une fois qu’on s’est engagé dans une offre d’achat. 

Faire une offre d’achat : les modalités

Pour faire une offre d’achat écrite, il existe certaines modalités. Certains nombres d’éléments sont obligatoires :

  • Le prix d’achat proposé. 
  • La durée de validité de l’offre.
  • Son délai de rétraction. 
  • La solution de financement.
  • Les conditions d’application du contrat.

Il faut aussi inclure les conditions suspensives dans l’offre d’achat. Les conditions suspensives qui pourraient annuler la vente sont : 

  • Le refus du prêt immobilier.
  • L’existence de servitudes.
  • Le montant des travaux plus importants.
  • Bien en mauvais état ou présence de vice caché.

Il faut donc prendre en compte des points essentiels de la vente avant de rédiger l’offre d’achat. Il s’agit :

  • Le bien immobilier.
  • Le budget.
  • La marge de négociation.
  • Le prix immobilier.

On doit poser les bonnes questions avant de rédiger l’offre d’achat. Le but est donc d’anticiper la contre-proposition du vendeur et de faire baisser le plus possible le prix de vente initial. Mais pour réussir à obtenir une réponse favorable, mieux vaut consulter un professionnel ou un spécialiste de l’estimation immobilière. De cette manière, on saura dans quelle condition doit-on faire baisser le prix. 

Source image à la une :  pixabay